Des résultats d’élections municipales attendus et un premier constat, les abstentionnistes sont majoritaires et rejettent la classe politique, quelle qu’elle soit.
Des maires de grandes villes élus avec 15 à 20% des inscrits, comme d’ailleurs le Président de la République au 1er tour de la présidentielle.
Une volonté profonde de changement pour ceux qui sont allés voter et qui ont renvoyé « dans leurs 22 mètres », bon nombre de maires sortants.
Un « désamour » considérable pour les candidats soutenus par le Président de la République contrairement à ce qu’il s’était passé après la présidentielle pour les députés.
Une certitude, peu d’expressions sur la politique sociale et particulièrement sur le positionnement de ces élus concernant la contre-réforme des retraites, la loi sur l’assurance chômage, les plans de licenciements annoncés, les attaques répétées contre le code du travail, la loi de financement de la sécurité sociale ; leur avis sur le Ségur de la santé et la poursuite de la disparition de lits d’hôpitaux et de personnels hospitaliers, la revalorisation et la reconnaissance des métiers de « première et seconde ligne » dans la lutte contre le covid-19 et l’évolution des salaires de tous ces secteurs.
Le Président de la République est déjà pressé de passer à autre chose et surfe sur la vague électorale d’hier pour accepter toutes les mesures préconisées par la convention citoyenne à l’exception de deux ou trois et notamment celle de la taxation des dividendes versés aux actionnaires.

Communique URIF FO Du 29 Juin 2020
Communique URIF FO Du 29 Juin 2020
Communique-URIF-FO-du-29-juin-2020.pdf
283.3 KiB
5 Downloads
Détails