En ce 150ème anniversaire de la Commune de Paris, l’héritage que les communards nous ont laissé doit être défendu et reconquis.
Ils avaient déjà posé des bases, comme :
– La réquisition des ateliers abandonnés par leurs patrons (les francs fileurs) au profit de coopératives ouvrières avec la mise à l’étude d’une indemnisation pour les propriétaires,
– La réduction de la journée de travail à 10 heures,
– Le début de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes,
– De fixer, dans le même but, un grand local où les citoyennes pourraient faire des réunions publiques;
Et bien d’autres…
Aujourd’hui, quand on revendique :
– Le retour et le maintien des emplois par la nationalisation des secteurs clés, la relocalisation de l’industrie et que l’on s’oppose à la fermeture des entreprises, en particulier quand elles ont bénéficié d’aide de l’Etat,
– De mieux répartir le temps de travail, les loisirs et le repos, par la baisse du temps de travail,
– L’égalité des droits et non de la chance entre les femmes et les hommes,
– Le maintien de la Bourse du travail de l’Essonne,
Et bien d’autres…
Ne sommes-nous pas dans la continuité de la Commune de Paris ?
Comme le rappelaient les ouvrières Adélaïde Valentin, Noémie Colleuille, Marcand, Sophie Graix, Joséphine Pratt, Céline Delvainquier, Aimée Delvainquier, Elisabeth Dmitrieff, communardes :
« … la Commune représente le grand principe proclamant l’anéantissement de tout privilège, de toute inégalité, — par là même est engagée à tenir compte des justes réclamations de la population entière, sans distinction de sexe, — distinction créée et maintenue par le besoin de l’antagonisme sur lequel reposent les privilèges des classes gouvernantes; »
Cette besogne est toujours d’actualité.
C’est pour cela que Force Ouvrière regroupe sans aucune distinction les femmes et les hommes, les ouvriers, les employés, les agents de maîtrise, les cadres, les travailleurs du public comme du privé. Car c’est ensemble que les revendications pour l’amélioration de notre quotidien seront mieux portées, afin qu’elles aboutissent.
L’Union Départementale invite ses militants à se mobiliser contre la Loi Sécurité Globale et pour les libertés individuelles et collectives, pour la défense de l’Ecole publique, l’Hôpital public, pour la défense de notre protection sociale (Sécu, Assurance Chômage, Retraite), …
L’Union Départementale FO de l’Essonne invite tous ses militants et au-delà à se rassembler le 24 mars 2021 à 12h00 sur la place des Droits de l’Homme à Evry pour dire non à la fermeture de la maison des syndicats, notre Bourse du travail, haut lieu de démocratie sociale et de résistance.

2021-03-18 Communiqué Reconquête Sociale
2021-03-18 Communiqué Reconquête Sociale
2021-03-18-communique-reconquete-sociale.pdf
582.8 KiB
5 Downloads
Détails