Depuis le 18 juin les salariés du groupe Aéroport de Paris sont actuellement engagés dans un conflit social à l’appel de plusieurs organisations syndicales notamment du syndicat FORCE OUVRIERE d’ADP. Ils expriment leur opposition par la grève au plan d’adaptation des contrats de travail (PACT) imposé unilatéralement par la direction qui diminuerait leurs salaires de 10 à 25% et adossé à un PSE.
Ces salariés exercent leurs droit légitime de grève et de manifestation sur leur lieu de travail. En réponse à l’expression pacifique de la défense de leurs droits, les salariés ont eu comme réponse des gaz lacrymogènes, des sanctions et des verbalisations. Par exemple, le 2 juillet dernier environ 90 salariés qui exerçaient leur droit de manifester ont été verbalisés au motif de non-respect des gestes barrières alors qu’ils avaient été regroupés sans les distanciations suffisantes dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre.
Aujourd’hui, le 9 juillet, un nouveau cap a été franchi. Des salariés réquisitionnés ont été lourdement verbalisés pour avoir salué les manifestants, d’autres manifestants ont aussi été verbalisés et des représentants syndicaux de plusieurs organisations syndicales ont carrément été mis en garde à vue.

21110 ADP Stop à La Répression
21110 ADP Stop à La Répression
21110_ADP-Stop-a-la-repression.pdf
371.7 KiB
12 Downloads
Détails