Devant les craintes des Français face à l’épidémie débutante, chacun a considéré qu’il était sage, selon le « mot d’ordre » de « restez chez vous », d’y rester. C’était d’autant plus sage que bien évidemment ce gouvernement, qui n’a jamais pris en considération les revendications des personnels soignants dans les années précédentes, était cette fois-ci plein de sollicitude pour ces derniers et pour l’hôpital qui allait être débordé si l’on ne restait pas chez soi.
Quitte à choquer, mais il faut bien le dire, d’autres raisons pointaient le nez avec la loi d’urgence sanitaire, dont personne ne se souciait car les inquiétudes étaient là, était bien une loi d’urgence et comme toutes les lois d’urgence, dangereuse à bien des égards. En premier lieu pour les libertés : plus de liberté de se réunir, y compris pour les obsèques, nécessité de montrer « patte blanche » à tous les coins de rue avec le fameux laisser-passer interprété par la maréchaussée, comme elle le souhaitait, et laissant toujours force à la loi y compris avec une amende supérieure à la circulation dans un couloir d’autobus.
Le débat est aussi engagé sur le traçage des Français par le biais de technologies modernes permettant de ficher et de savoir qui vous avez été voir et de ficher cette personne à son tour.

LES VRAIES RAISONS DU CONFINEMENT
LES VRAIES RAISONS DU CONFINEMENT
LES-VRAIES-RAISONS-DU-CONFINEMENT.pdf
654.5 KiB
14 Downloads
Détails